Médicaments pour animaux de compagnie : voici les bonnes pratiques

Automédication, chaîne du froid brisée... Attention à bien faire attention à la conservation et à l'utilisation des médicaments pour les chiens et chats.

Des règles sont à suivre en ce qui concerne la médication des animaux de compagnie. (©Illustration Pixabay)

Si vous avez un chien ou un chat à la maison, vous avez sûrement dans votre placard toute une collection de médicaments, la conséquence de plusieurs passages chez le vétérinaire.

Certains sont bien entamés, d’autres à peine ouverts et, lorsque notre compagnon à quatre pattes éprouve des maux, on est tenté de lui administrer un médicament que nous avons en stock.

Mais attention à l’automédication et surtout à la conservation de ces produits. Car mal conservés, ils présentent à la fois un risque pour votre animal mais aussi pour les jeunes enfants, tentés d’ingurgiter une pilule qui traine sur la table, comme l’indique l’Anses dans un communiqué :

Chaque année, de nombreux cas d’accidents liés à de mauvaises pratiques de conservation et d’utilisation des médicaments vétérinaires sont enregistrés. En France, en 2020, plus de 400 personnes en ont été victimes. Si les cas rapportés sont généralement bénins, des intoxications plus graves sont susceptibles de survenir, en particulier chez les jeunes enfants.

Anses

À lire aussi

Comment bien les conserver ?

Afin d’éviter que les plus jeunes ne tombent malencontreusement sur les médicaments de votre animal, il convient de les placer à hauteur, dans un endroit différent des médicaments pour les êtres humains.

Si certains médicaments se conservent à température ambiante, d’autres sont à mettre au réfrigérateur, surtout en cette période de fortes chaleurs. « Pour la pommade ophtalmique par exemple, elle coule quand il fait chaud. C’est pour cela que je conseille aux propriétaires de la laisser au frais », indique Nathalie Blanc, vétérinaire dans le Pas-de-Calais, auprès d’actu.fr

Même chose pour l’insuline qui doit impérativement rester au frais afin de ne pas briser la chaîne du froid. « Chez le vétérinaire, il est possible de demander des pochettes réfrigérées pour transporter ce type de médicaments jusqu’à chez soi », note l’experte.

Sans oublier de bien regarder les dates de péremption indiquées sur la boite du produit. 

Vidéos : en ce moment sur Actu

À lire aussi

Attention à l’automédication 

Un nez qui coule, une oreille qui gratte… Certains symptômes sont familiers des propriétaires qui sont tentés d’administrer un médicament déjà utilisé lors de la précédente pathologie de l’animal. Pour autant, l’automédication n’est pas conseillée.

Nous avons souvent le cas pour les otites : les propriétaires ont tendance à redonner le même médicament à leur animal, sous prétexte qu'il a les mêmes symptômes. Mais il ne s'agit pas forcément de la même otite, alors dans ce cas, il vaut mieux consulter.

Nathalie BlancVétérinaire

Autre erreur à ne pas faire : penser que le médicament du chien peut-être valable pour le chat. Et inversement. « Un doliprane de 500 mg donné à un chat peut-être létal », argue Nathalie Blanc. Ce qui n’est pas forcément le cas pour un chien de grande taille.

L’erreur se produit souvent pour les médicaments antiparasitaires. « Encore une fois, en fonction de l’animal, ça peut être toxique. »

Au lieu de les jeter, ramenez-les

La plupart du temps, les médicaments sont prescrits par le vétérinaire « à la plaquette ». C’est-à-dire que la dose nécessaire est délivrée pour éviter qu’il n’en reste. Mais si c’est le cas, sachez qu’il est possible de ramener les médicaments restant chez son vétérinaire.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Dernières actualités

France - Monde

    Voir plus