Il fête ses 10 ans sur Mars. Retour sur le rover Curiosity, conçu en partie par des ingénieurs de Toulouse

Le Rover Curiosty s'est posé sur Mars il y a 10 ans, le 6 août 2012. Le CNES, à Toulouse, a participé à sa construction et montre la puissance de la Ville rose, et de la France.

Le Rover Curiosity fêtera le 6 août 2022 ses 10 ans d’atterrissage sur Mars. (©NASA/JPL-Caltech)

Le Rover Curiosity soufflera ses 10 bougies de mission sur Mars.

Le 6 août 2012, l’appareil mettait les pieds pour la première fois sur la planète rouge… pour ne plus jamais en repartir. Le Centre national  d’Études Spatiales de Toulouse (CNES) célèbre ce 6 août 2022, ses 10 ans d’atterrissage. Au-delà des « découvertes » sur Mars apportée par l’appareil, il a aussi permis de « montrer la puissance scientifique » de Toulouse (Haute-Garonne), comme le confie Valérie Mousset, cheffe de projet au CNES.  

28,6 km parcourus

Pour les moins renseignés, le rover Curiosity, c’est un rover martien de la taille d’une voiture conçu pour explorer Mars. Il pèse 899 km et a été envoyé avec 11 instruments intégrés pour étudier la planète. Dont 2 construits par la France, en collaboration avec deux laboratoires américains, dont la NASA, : la CheCam (qui analyse la composition chimique des roches martiennes en tirant dessus au laser et en collectant la lumière renvoyée) et Sam (un gros laboratoire de chimie analytique qui permet d’analyser l’environnement du rover au niveau moléculaire). 

Image captée sur Mars par la caméra du Rover Curiosity. (©NASA)

Côté France, c’est le CNES à Toulouse qui a piloté la construction de ces instruments, « au CNES on est le chef d’orchestre mais il y a quelques laboratoires français qui ont participé à la construction », souligne la cheffe de projet.

Les résultats du Rover 

Depuis son atterrissage le 6 août 2012, le rover Curiosity a permis d’en savoir plus sur la planète Mars, « 10 ans c’est une grande victoire. Technologiquement on a été au niveau, on a fait de belles découvertes sur Mars et sa composition. En découvrant notamment qu’elle était habitable », explique Valérie Mousset

Image captée sur Mars par la caméra du Rover Curiosity.(©CNES)

Mais en savoir plus sur Mars, amène à en savoir plus sur la Terre, précise la cheffe de projet 

Vidéos : en ce moment sur Actu

"On étudie Mars car la planète a été créée en même temps que la Terre, mais elles n'ont pas la même atmosphère. Par exemple, sur la Terre, les croûtes terrestres disparaissent, alors que sur Mars elles sont conservées. Étudier Mars nous permet d'en savoir plus sur l'histoire de la Terre : comment elle était avant, ses compositions."

Valérie MoussetCheffe de projet CNES

La suite pour Curiosity ? 

2022 marque les 10 ans de vie sur Mars du rover Curiosty, et sa mission n’est pas terminée. « La Nasa, avec qui on collabore, nous a proposé une nouvelle étape de recherches de 3 ans avec Curiosity. On a décidé de poursuivre l’aventure et la science », détaille la cheffe de projet. 

Le rover Curiosity continue donc ses recherches jusqu’en 2025, ce qui l’amènera à 13 ans sur Mars… un âge tout proche des 15 ans du rover Opportunity. Curiosity deviendra-t-il le rover ayant exploré le plus longtemps la planète rouge ? « On verra l’état du rover en 2025 et s’il peut continuer ses recherches en l’état, on le fera », confie Valérie Mousset

Actuellement, 3 rovers sont sur Mars pour des missions d’exploration : Curiosity (NASA), Perseverance (NASA) et Zhurong(rover chinois). Bien que leurs années de recherche soient comptées, c’est toute leur vie que passeront ces rovers sur Mars, confie la cheffe de projet : « Un rover ne peut pas être ramené sur terre, il faut beaucoup de puissance et de moyens pour cela. Ce serait trop complexe. »

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Toulouse dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Dernières actualités

Actu Toulouse

    Voir plus
    Le JournalLire le journal