Politique

Réforme des retraites: Macron réunira Borne et plusieurs ministres la semaine prochaine

Le président français Emmanuel Macron s'adresse à la mission permanente de la France aux Nations unies, à New York, le 21 septembre 2022. - Ludovic MARIN / AFP

L'objectif sera de calmer les désaccords qui sont nés au sein de la majorité.

Une volonté d'apaiser, après plusieurs jours de tension. Emmanuel Macron se réunira la semaine prochaine avec la Première ministre Élisabeth Borne, les ministres concernés ainsi que les chefs de la majorité afin de nouveau discuter de la si polémique réforme des retraites, a appris BFMTV, confirmant une information du Figaro.

L'enjeu de cette rencontre est, entre autres, de calmer les désaccords qui sont nés au sein de la majorité, ceux de François Bayrou et de Yaël Braun-Pivet en sont l'illustration, liés à la manière dont cette loi pourrait finalement entrer en vigueur. Selon un membre de la majorité, cette réunion aura pour but de "remettre tout le monde en ordre de marche" sur ce dossier.

"Une fois que le président de la République aura remis tout le monde à l’endroit, ça sera intéressant de voir comment les gens vont se positionner, estime un conseiller proche du dossier. Je ne vois pas comment Les Républicains peuvent s’opposer à une réforme qu’ils réclament depuis trois ans, et comment le PS, qui a fait la réforme Touraine, s’y opposerait."

"La bonne manœuvre"

Jeudi auprès de BFMTV, Emmanuel Macron avait estimé qu'au sujet de cette réforme, c'est au gouvernement de "trouver la bonne manœuvre" avec le Parlement, réclamant que la réforme se fasse "de la manière la plus apaisée possible."

"Le gouvernement doit lancer une discussion avec les forces sociales, syndicales et patronales, avec les forces politiques, et trouver, c'est son travail, avec le Parlement, la bonne manœuvre", a assuré le chef de l'État dans un entretien à notre antenne réalisé dans la nuit de mercredi à jeudi, de retour de New York.

Vers un passage en force dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale?

Les oppositions à l'Assemblée, ainsi qu'une partie de la majorité, se sont prononcées ces derniers jours contre le dépôt d'un amendement sur ce sujet dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), dans lequel elles voient "un passage en force".

La présidente de l'Assemblée nationale (Renaissance) Yaël Braun-Pivet a déclaré jeudi qu'elle n'était "pas favorable" à ce que cette réforme passe par un amendement, demandant au gouvernement de "prendre le temps de la concertation".

D'autant plus que le texte budgétaire passera très probablement grâce au recours de l'article 49.3 de la Constitution, qui permet l'adoption d'un texte sans vote sauf motion de censure. "Toutes les options sont sur la table, nous confie l'entourage du président. Ce dont le président de la République veut être certain, c’est que les différentes options étudiées conduisent bien à une loi effective à l’été 2023."

Agathe Lambret avec Hugo Septier