Séries

"Les Papillons noirs", l'étonnante série qui cartonne sur Arte

Nicolas Duvauchelle dans la série "Les Papillons noirs" - Capture d'écran - Arte

Polar original et sombre, Les Papillons noirs, coproduction Arte et Netflix, mêle les époques et les médias et tient le téléspectateur en haleine jusqu'au bout.

La série Les Papillons noirs, polar sombre et sanglant co-produit par Arte-Netflix, connaît le succès sur arte.tv - elle y a été vue plus d'1,5 million de fois en 15 jours - avant même sa diffusion sur la chaîne franco-allemande depuis 22 septembre, au rythme d'un épisode par semaine. Elle sera ensuite diffusée à partir du 14 octobre sur Netflix.

Cette série, créée par Olivier Abbou et Bruno Merle, séduit par sa forme, son originalité et son suspense. Le plus difficile est de ne pas regarder les six épisodes d'affilée.

• Un procédé original

Les Papillons noirs, c'est également le titre d'un livre, paru le 7 septembre aux éditions du Masque. Couverture jaune et dessin intrigant, l'ouvrage porte cette jacquette: "Le roman de Mody dans la série Les Papillons noirs".

Car non, ce roman n'est pas celui qui a inspiré l'histoire de la série, mais bel et bien celui qu'est en train d'écrire le personnage nommé Mody (nom de plume d'Adrien Winckler, le personnage qu'incarne Nicolas Duvauchelle). Ce procédé de mise en abîme, fruit d'un partenariat entre les créateurs de la série et les éditions du Masque, est inédit.

Le livre, signé en réalité Gabriel Katz, est ainsi un parallèle, une extension de la série, qui raconte l'histoire d'amour entre Albert et Solange puis leur sanglante cavale dans les années 1970 et 80.

Le livre "Les Papillons noirs", Editions du masque © Les éditions du masque

• Une intrigue à tiroirs

Ce procédé n'est pas la seule surprise que réserve Les Papillons noirs au spectateurs. Car l'intrigue qui se dessine au fil des six épisodes de la série, marquée par les secrets et les mensonges des différents protagonistes, ne cesse de livrer de nouveaux "twists", jusqu'au dénouement.

Albert Desiderio (Niels Arestup) convoque chez lui l'écrivain Adrien Winckler (Nicolas Duvauchelle), pour lui confier avant de mourir son histoire, afin qu'il la raconte dans un livre.

Si l'on comprend assez rapidement que l'histoire que raconte Albert à Adrien, est celle d'un couple de tueurs en série qui sévit dans les années 1970 et 80, le récit réserve bien d'autres rebondissements et tient le spectateur en haleine jusqu'au bout.

• Un casting inspiré

Aux côté des deux héros, incarnés par Nicolas Duvauchelle et Niels Arestrup, les deux jeunes acteurs Axel Granberger et Alyzée Costes, qui campent Albert et Solange jeunes, crèvent littéralement l'écran. Axel Granberger a d'ailleurs remporté le prix du meilleur acteur à Séries Mania à Lille en mars 2022. Les seconds rôles, d'Alice Belïdi (Nora, la compagne d'Adrien Winckler) à Sami Bouajila (Carrel, le policier), en passant par Brigitte Catillon (la mère d'Adrien), ou l'actrice allemande Henny Reents (Nastya), sont tous bien campés.

Magali Rangin