bfmdici

Privés d'eau potable depuis juin, le calvaire des habitants du Castellet devrait bientôt se terminer

Le maire a annoncé qu'une solution temporaire allait être mise en place "à partir du 15 octobre" pour que les habitants puissent utiliser l'eau du robinet. Cette dernière est contaminée depuis juin par une molécule issue d'un pesticide.

Une situation qui dure depuis de nombreux mois. Au Castellet, une commune des Alpes-de-Haute-Provence, les quelque 3000 habitants ne peuvent plus boire l'eau du robinet depuis le 8 juin. En cause, la présence d'une molécule issue d'un pesticide dans la source du Laga, qui rend l'eau impropre à la consommation.

L'Agglomération Durance Lubéron Verdon (DLVA) a depuis pris les choses en main et approvisionne le village avec des bouteilles d'eau minérale. Les personnes âgées sont livrées à domicile plusieurs fois par semaine.

"On distribue des bouteilles d'eau deux fois par semaine aux habitants, à raison de trois bouteilles par jour et par personne. On s'adapte, on cherche des solutions pour pallier ce problème de pollution d'eau", explique le maire Benoît Gouin au micro de BFM DICI.

"Ça nous pose un problème éthique"

Si l'organisation est bien rodée, la situation s'éternise au grand dam des habitants "résignés". "On est contraint de s'adapter même si ce n'est pas agréable. On avait l'habitude d'avoir l'eau directement en ouvrant le robinet. Aujourd'hui, il faut aller chercher des bouteilles à la mairie", témoigne Serge, qui consomme entre "deux et trois bouteilles" chaque jour.

"Ça nous pose un problème éthique parce qu'on est obligés de consommer de la matière plastique. Il nous tarde que la situation se rétablisse", ajoute-t-il.

Si beaucoup d'habitants ont réussi à s'adapter et saluent les efforts de la municipalité et de la DLVA, la lassitude est bien présente. "Ils commencent à en avoir un peu marre, ils se posent des questions. On aimerait avoir des réponses, aussi bien de l'ARS que de l'Etat par rapport à ces problèmes de pollution, savoir d'où ça vient", explique le maire.

Une enquête est actuellement en cours pour connaître l'origine de cette pollution, Benoît Gouin attend avec impatience ses constats.

Une solution provisoire dès le 15 octobre

En attendant, une solution temporaire a été trouvée et l'eau devrait être de nouveau potable dès le 15 octobre.

"D'un point de vue technique, la question de l'approvisionnement va être réglée parce qu'il y aura la mise en place prochaine d'une station de potabilisation à partir d'eau agricole", a annoncé Serge Faudrin, vice-président de la DLVA délégué à l'eau et l'assainissement, ce vendredi sur BFM DICI.

Une autre solution, plus coûteuse et longue à mettre en place, aurait pu être le maillage du réseau à une commune voisine, Oraison qui se trouve à six kilomètres et a la capacité de fournir assez d'eau pour dépanner. Le budget pour de tels travaux est entre "800.000 et 1 million d'euros".

Néanmoins, le vice-président de la DLVA explique que cela "ne règle par pour autant le problème de la pollution". Lui aussi attend des retours des investigations lancées sur l'origine de cette bactérie.

"De façon à ce qu'on puisse savoir si on est dans un schéma durable parce qu'on a une pollution qui vient marquer les sols de façon permanente. Ou bien si, à un moment, on s'est trouvé face à un usage imprudent ou irrégulier d'un produit avec l'espoir d'un retour à la normale", détaille-t-il.

Les habitants du Castellet vont encore devoir prendre leur mal en patience et continuer quelques semaines à utiliser les bouteilles en plastique qui sont devenues une véritable partie de leur quotidien.

Marine Langlois