À l'école, au collège ou au lycée, on gagne tous à respecter la laïcité

En France, la laïcité est l’un des grands principes de la République. Elle nous unit et permet de vivre libres et égaux au quotidien, quelles que soient nos convictions.

En France, la laïcité est l’un des grands principes de la République : chacun est libre de croire en un dieu ou plusieurs, de ne pas croire, de changer de religion, d’adopter ou d’abandonner une religion.

On n’impose pas de religion et on n’en interdit aucune.

Cette règle de vie s’applique aussi à l’école.

Elle met tous les élèves au même niveau : ils sont égaux pour vivre ensemble et apprendre dans les meilleures conditions possibles. Entre copains, avec les professeurs, à la piscine, dans la cour, dans la classe, avec les filles, les garçons, pour partager, pour s’épanouir, pour grandir… La laïcité nous permet de bien vivre ensemble.

Pourquoi une campagne de promotion de la laïcité à l'Ecole ?

Lancée à la rentrée, la campagne "C'est ça la laïcité", permet de montrer que la laïcité n'est pas qu'un principe, en illustrant des situations quotidiennes et fédératrice à l'école, dont tous les élèves se réjouissent.

En savoir plus

 

La laïcité au quotidien

Permettre à Neissa et Sacha d’être dans le même bain

Tous les lundis matin, les CM2 de cette école se rendent à la piscine municipale. Le maître-nageur les attend. Il les connaît bien : c’est lui qui leur a appris à nager pendant les leçons données à toute la classe. Apprendre à nager, c’est obligatoire et important ! Tout le monde se retrouve dans le bassin, les filles comme les garçons. Certains, comme Neissa et Sacha, nagent désormais comme des champions et parfois c’est Neissa la plus rapide. Ils ont le droit de s’amuser ensemble, de plonger côte à côte ou de s’éclabousser… Je crois pourtant qu’ils n’ont pas la même religion mais cela n’a aucune importance.

Avec la laïcité, à l’école, nous sommes tous égaux.

Permettre à Aliyah et Milhan de rire des mêmes histoires

Au fond de la classe, la maîtresse a installé un coin lecture. Quand on a terminé de travailler, nous pouvons aller y chercher un livre. Il y en a sur les dinosaures, sur les châteaux forts, sur les religions, des albums, des histoires, des BD… Aliyah et Milhan adorent y aller ensemble, fouiller et choisir ce qu’ils veulent pour éclater de rire quand le héros fait n’importe quoi ! Les réactions de Milhan font sourire la maîtresse. Elle aimerait bien qu’il raconte ce qui lui a tant plu… On pourrait même en discuter tous ensemble ?

Avec la laïcité, à l’école, nous sommes tous égaux.

Permettre à Eva et Kellijah d’être inséparables tout en étant différents

À la maison, nos vies sont toutes différentes. Nous ne mangeons pas toujours les mêmes plats, certains fêtent Hanoucca, d’autres Noël, ou l’Aïd el-Kebir, et parfois les trois, ou aucune fête religieuse. Certains ont leurs parents séparés, d’autres pas, des frères, des sœurs, ou pas… Toutes les situations existent ! La famille de Kellijah et celle de Eva ne se ressemblent pas du tout. D’ailleurs, leurs parents ne se connaissent pas et sans l’école, ces deux-là ne se seraient certainement jamais rencontrés. C’est difficile de l’imaginer en les voyant si complices, non ?! À l’école, on peut bien s’entendre avec qui on veut, quelle que soit sa religion.

Avec la laïcité, nous sommes tous égaux.

Permettre à Erynn et Edene d’être égales en tout

Le maître ne fait pas de différence entre nous, il nous explique la même chose à tous. Toutes les filles, tous les garçons, tous les droitiers, tous les gauchers, tous les bruns, ou ceux qui ont des taches de rousseur… découvrent au tableau la différence entre les chiffres romains et les chiffres arabes ou l’histoire des premiers êtres humains sur la planète. Nous apprenons les mêmes connaissances et nous avons aussi tous le droit de poser une question ! Et cela même si je n’ai pas de religion alors que ma voisine en a une…

Avec la laïcité, à l’école, nous sommes tous égaux.

Permettre à Inès, Lenny, Simon et Ava d’être ensemble

Le collège est un lieu de rencontre. Garçons, filles… Il est bon de rappeler que nous sommes tous égaux et que l’école, le collège, le lycée permettent aussi cette mixité et cette égalité. La laïcité, c’est la richesse de tisser des relations, d’échanger, de rencontrer l’autre et toutes ses différences. Faire attention, être généreux, écouter… Tout cela participe forcément au bien vivre ensemble. C’est logique !

La laïcité offre à tous cette égalité.

Permettre à Malia, Paloma et Tidiane de porter les mêmes couleurs

On fait du sport ensemble ! Les mêmes couleurs représentent tous les membres de l’équipe. Quel que soit ce que l’on croit ou ce que l’on ne croit pas, on enfile les mêmes maillots, on attrape le même ballon, on partage le même projet. La cohésion du groupe est bien plus forte que nos différences. Nous disputons un match de basket ou de foot pour partager ensemble notre sport ou un moment sportif. Nous avons envie de gagner pour nous-mêmes mais aussi au nom de l’équipe que nous formons. Tout le monde a le droit de hurler sa joie quand un panier ou un but est marqué, de serrer la main de l’arbitre, de prendre une douche dans les vestiaires…

La laïcité offre à tous cette égalité.

Donner le même enseignement à Romane, Alex et Elyjah quelles que soient leurs croyances

Pas de tabou dans l’enseignement. En cours, les professeurs transmettent à tous leurs élèves une culture générale, un savoir scientifique, des connaissances objectives. Et pas ce qu’ils pensent ou croient, eux ! Ils nous font comprendre la différence entre croire et savoir. Pour les élèves, c’est aussi la possibilité d’en discuter quelles que soient leurs opinions ou leurs religions s’ils en ont une. Ces enseignements ne privent personne de la liberté de croire ou de ne pas croire. L’école, le collège et le lycée sont des lieux de transmission du savoir et de partage.

La laïcité offre à tous cette égalité.

Tout faire pour que Axelle, Imrane et Ismail pensent par eux-mêmes

Au collège, se retrouver au CDI, c’est l’occasion de travailler et d’échanger. Des auteurs, un éventail de points de vue, des films, de la presse… sont en accès libre pour tous. Le collège offre les meilleures conditions possibles pour s’ouvrir aux autres, aux cultures et aux idées. Discuter de ce que l’on apprend et partager une réflexion ou bien en plaisanter favorisent la construction des personnalités. Le collège est un espace de neutralité : il accepte ce que les familles transmettent, il offre aussi les moyens de penser par soi-même pour faire ses propres choix.

La laïcité offre à tous cette égalité.

Les prénoms utilisés dans cette campagne sont les vrais prénoms des enfants et adolescents qui ont participé à sa réalisation.

 À propos de la laïcité

"La laïcité dans notre République c’est d’abord l’expression de notre liberté […], c’est aussi l’égalité entre toutes les religions […], c’est enfin la fraternité […]. En France, l’école de la République est laïque car la laïcité garantit à tous les élèves et à tous les niveaux un enseignement consacré au seul culte du savoir et de la recherche, qui forgent les esprits libres et ouverts au monde."

Robert Badinter, 2 novembre 2020

 

Un peu d'histoire

La France a parcouru un long chemin pour devenir une République laïque. Les étapes qui ont permis d’instaurer la laïcité racontent ce qu’elle rend possible aujourd’hui…

La laïcité en France n’est pas le fruit d’un hasard ou de la volonté de quelques hommes. Elle est le produit d’une histoire marquée par le rôle important de la religion, notamment catholique, dans la vie politique du pays. Avant la Révolution française, les rois concentraient le pouvoir, au nom de Dieu. C’est ce qu’on appelle la monarchie de droit divin. Par ailleurs, si la France était très majoritairement catholique, elle a connu des divisions profondes avec l’émergence du protestantisme et les guerres de religion. C’est pour sortir de cette double situation – arbitraire royal au nom de Dieu et guerres de religion – qu’à partir du XVIIIème siècle, les philosophes des Lumières imaginent un État sans religion, qui n’accorderait pas de privilège au nom d’une religion et qui offrirait même à chacun la liberté de choisir la sienne… L’idée d’égalité entre tous devient un combat politique pour organiser autrement la vie en France.
 

1789

En 1789, la Révolution met fin à la monarchie absolue puis chasse le Roi en donnant naissance à la République en 1792, et la société commence à vouloir se libérer de l’autorité de la religion et des inégalités qu’elle crée. Les révolutionnaires inscrivent dans la Déclaration des droits de l’homme que chacun a le droit d’avoir son opinion religieuse. Cela devient un des fondements de la République.

 

1801

Pour organiser la place de la religion dans le pays, en 1801, Napoléon Bonaparte signe un accord avec le pape : le Concordat. La religion catholique n’est pas la religion de la France mais celle de la grande majorité des Français.

 

1882

Il faut attendre la IIIe République, pour qu’en 1882, une loi supprime les leçons de religion en classe. Aux parents, de l’enseigner à leurs enfants s’ils le désirent. Pour cela, les élèves ont un jour de congés par semaine.

 

1905

Enfin, en 1905, une loi sépare les Églises de l’État. L’État ne favorise et ne dépend d’aucune religion. Les Églises, c’est à dire les hommes qui représentent les religions, n’interviennent pas dans les décisions de l’État (ex : le sujet d’une loi) et l’État n’intervient pas dans le fonctionnement des Églises.

 

1980

Chaque Français est ainsi libre de croire, de ne pas croire ou de changer de religion, et toutes les religions ont le droit d’exister. C’est inscrit dans tous les grands textes qui organisent la vie du pays comme la Constitution. Mais la question de la place de la religion est à nouveau soulevée au gré de l’actualité.
Par exemple, à la fin des années 1980, des jeunes filles sont venues voilées au collège, en revendiquant le droit d’afficher ostensiblement leur confession dans l’enceinte scolaire.
Pour certains, c’était contraire à la laïcité car l’école doit "rester l'asile inviolable où les querelles des hommes ne pénètrent pas" (Jean Zay, 1936) et rester un espace de respiration républicaine. Pour d’autres, il faut faire passer avant toute chose le respect des croyances.

 

2004

Ainsi en 2004, une nouvelle loi a été votée pour encadrer le port de signes religieux à l’école (ex : le voile, une kippa, une croix autour du cou…).
Les élèves ont le droit d’en porter s’ils sont très discrets, car ils ne doivent pas faire pression sur les autres. Chacun est libre de croire ce qu’il veut et de se forger une opinion sans subir l’influence de ses camarades, et sans les influencer non plus, par le port de signes religieux ostensibles.

Aujourd’hui, la République assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinguer leur origine ou leur religion. Les Français sont tous égaux.

La laïcité à l'école : outils et ressources

Cette campagne fait partie de l’ensemble de la dynamique pédagogique engagée depuis plusieurs années autour des valeurs de la République.
L’intérêt de cette démarche de communication est de susciter des échanges, adaptés à chaque niveau scolaire, pour permettre de nourrir la compréhension de la laïcité au sein de l’ Ecole de la République.

  • des contenus d’accompagnement pédagogique de la campagne
  • des documents pour faire vivre la laïcité à l'école
  • ressources pédagogiques pour les enseignants
  • ressources pédagogiques à destination des élèves.
  • Un "Guide républicain", un ensemble d'ouvrages et de textes de référence sur la laïcité

Consultez le site éduscol.education.fr